Les casseroles proposent un gratin de mots

Le repas de la réussite
ENTRÉES:
-Méli-mélo de mots et sa sauce d’inspiration
-Salade de fausses notes
PLAT:
-Tartare d’improvisation et sa gelée de chant-pignons
-Purée de refrain en cocotte
-Assortiment de quatre quiches
DESSERT:
-Quatuor de pâtisseries : trois éclairs au chocolat et une tartelette à l’abricot sur son lit d’instruments
OFFERT pour votre fidélité:
- Une coupe de chant-pagne avec ses bulles rythmées

La pluie est de retour : L’EXPLICATION !

ENTRÉES :

Une des élèves, la plus exceptionnelle... Non, sérieusement, l'une d'entre nous, l'inspiration, la détermination et le rythme dans la peau, a écrit une chanson, « Les histoires d'amour », qui était à l'origine un poème lyrique. La chanson a été retenue. Notre groupe s'est alors formé ; il est composé de :
Nina MANGIER
Jade LAFITTE
Chloé LOPEZ
Madyna CASTAING
Le vrai travail pouvait commencer et le succès s'annoncer... Ou pas !

PLAT :

Nous avons traduit avec nos professeurs d'espagnol (Mme Torrijos) et d'anglais (M. Dubrana) des parties de nos chansons : si nous voulions ensuite introduire ces séquences traduites, nous le pouvions. Mais nous avons choisi de rester « sur » du français.

Nous avons alors cherché en classe d'éducation musicale de multiples rythmes pour les différentes paroles. Après de longues heures de recherche, nous avons trouvé notre chanson ou, plutôt, la partie la plus importante : le « TOULOULOULOULOUM TOUM TOUM !»  qui a fait évoluer notre inspiration et nous a mené au succès... Non, toujours pas !

DESSERT :

Un jeudi, pendant un cours d'éducation musicale, Mr Chevalley, compositeur et professeur de musique au collège de Créon - et le soi-disant « grand-père » de Mme Chevalley, nous a aidées à améliorer notre chanson et les rythmes. Il a ainsi ajusté les paroles pour qu'elles soient parfaitement accordées à la mélodie.

D'ailleurs, le style adopté dans notre chanson a étonné M. Chevalley et M.Dang, notre professeur de musique. Ils ont trouvé cela bizarre mais original !

CHANT-PAGNE :

L'enregistrement... Nous sommes rentrées dans la salle assez stressées ; M. Chevalley était assis derrière son ordinateur avec tout son matériel étrange. M. Dang et Mme Chevalley étaient assis, qui dégustaient des « chocolatines » (Vive le Sud-Ouest !) et des croissants. Nous avons fait un chifoumi pour savoir qui commencerait de Jade ou de Nina. Évidement Nina - et sa chance légendaire - a perdu... C'était couru d'avance... Elle chanta tellement bien que nous en fûmes abasourdies. STOP ! C'est Nina, donc ce n'est pas possible. Nina et le chant, c’est comme la glace et le feu, les mentos et le soda, et le service de 13h15 sans frites : c'est explosif...

Non, pour être honnêtes, nous chantons un peu faux... En fait, totalement faux... Donc nous savons maintenant d'où vient le mauvais temps !

En définitive tout s'est bien passé : nous sommes toujours en vie, notre auditoire aussi. Que demander de plus ?

CERISE SUR LE GÂTEAU :

Nous avons eu la surprise d'être diffusées en sonnerie ! Alors, sur ce chemin du succès, nous avons dû essuyer les critiques (sûrement quelques jaloux...). Mais pour les plus « célèbres » du groupe, nous avons eu le droit à des compliments et des autographes... (Enfin, pas toujours...).

Interview :

Faute de succès, en somme, nous avons eu le bonheur d'interviewer notre principale, Mme Pelmont-Adonaï :

-Que pensez-vous du résultat final du projet ?

Je le trouve très bien réalisé et le fait que ce soient les élèves qui aient produit les sonneries montre l'ambition dans ce collège.

-Avez-vous toujours eu foi en ce projet ?

Oui, évidemment ! Ce n'est pas la première fois que ce projet est lancé. L'implication personnelle des enseignants sur ce projet est énorme et cela chaque année.

-Pourquoi avoir fait confiance à Mme Chevalley et M. Dang pour ce projet ?

Je me suis dit : « Pourquoi pas recommencer ? Et puis, ils sont très professionnels. »

-Que pensez-vous de la sonnerie actuelle (chanson de Léo Lescure et Thomas Gros, « Le décès ») ?

J'aime beaucoup. Cela est très rythmé. On y trouve une technique parfaite et une envie de danser incontrôlable. Par ailleurs, cela donne envie d'aller en cours.

LEVONS NOS VERRES !

Ce mot de FIN est important. Nous voudrions porter un toast aux personnes engagées dans ce projet et qui ont toujours cru en nous.

Tout d'abord, levons un toast à notre professeur de français, Mme Chevalley, pour nous avoir poussées toujours plus haut et nous avoir proposé ce projet : que de bons souvenirs !

Merci aussi à M. Dang, qui a réussi à nous supporter (et qui nous a donné des chocolatines). Franchement, chapeau-bas !

Merci à M. Chevalley pour sa contribution artistique mais aussi personnelle.

Et merci à Mme Pelmont-Adonaï pour avoir permis la réalisation de ce projet et pour l'interview !